LA FÉE MORGAN et SON MONDE
FILLE DE DANA
CELTIK IRISH LEGEND
search_left
SAISONS CELTE
Vign_wheel_calendar.3
LE CYCLE DES SAISONS
Vign_540967_10150670602383297_65239508296_9383093_1870302647_n
Globalement, le cycle des saisons bat le rythme des fêtes, plusieurs moments importants sont à distinguer… d’une part les équinoxes (deux jours dans l’année à six mois d’intervalle où le jour est aussi long que la nuit) et d’autre part les solstices (deux jours dans l’année à six mois d’intervalle où, pour le premier, le jour est le plus long de l’année, et pour le second, la nuit est la plus longue) Ces moments majeurs marquent l’entrée dans les saisons : Le Solstice d’Hiver le 21 décembre, jour le plus court de l’année, marque le début de l’hiver, puis respectivement, l’Equinoxe de Printemps le 21 mars marque le début du printemps, etc, avec le Solstice d’Eté le 21 juin, et enfin l’Equinoxe d’Automne le 21 septembre.

Les jours d’équinoxe et de solstices font donc l’objet de rituels druidiques et de fêtes celtiques populaires qui se sont perpétuées.

Mais ces fêtes ne sont pas les plus importantes au regard de la tradition celtique, car les fêtes saisonnières, que sont Imbolc (1er février), Beltane (1er mai), Lugnasad (1er août), et Samain (1er novembre), sont les fêtes majeures au regard de l’ancienne tradition. Elles sont rattachées aux équinoxes, pour Beltane et Samain, ou aux solstices, pour Imbolc et Lugnasad.
IMBOLC
Vign_0ea382b1
Imbolc (01/02) : La Lumière Latente

Le 1er février est marqué par Imbolc. C’est une fête de la Lumière, car en plein cœur de l’Hiver elle témoigne du rallongement des jours, et de la venue du printemps. C’est une fête qui marque la latence du Renouveau de la vie au printemps.

Dans le milieu paysan, c’était une période où l’on préparait les activités de l’été et où l’on s’apprête à labourer la Terre. C’est la période de la Nouvelle Année (son renouveau) en quelque sorte, mis en parallèle avec Samain qui marque la fin de l’année et la période de Latence de la vie qu’est l’hiver.

Dans la tradition, c’est la Grande Déesse qui domine cette fête ou Brigit en Irlande.

Dans sa symbolique, c’est une fête de purification avant la Renaissance. Symbole de purification, l’Eau est l’élément qui domine cette période Hivernale, avec l’idée de la matrice. Le Feu est aussi un symbole très fort de cette fête car il symbolise la venue prochaine d’un jour nouveau, qui prend forme dans la matrice, dans la nuit de la Terre Mère (représenté par l’Eau). C’est la lueur du jour naissant prêt à s’accoupler avec la Mère dont la fusion se fera à Beltane.

Dans la pratique rituelle, c’est surtout des rituels d’eau, pour la purification, et de feu, pour révérer la lumière naissante, qui dominent. On souhaite aussi la bienvenue à la Déesse et au renouveau.

Dans l’intimité spirituelle de chaque être, l’énergie de la planète est passive, négative (à ne pas prendre aux sens péjoratif du terme) et représente une période malgré tout de croissance souterraine. C’est la préparation à la renaissance, après la période de latence et de reclus dans la matrice de la nuit qui nous a permis de mûrir, de passer une nouvelle initiation dans notre évolution. Le point cardinal rattaché à cette période de l’année et cette fête et le Nord-Est, entre nuit et jour, entre le froid et la lumière naissante.

En outre, le Saule est l’arbre rattaché à cette période de l’année et à l’Eau, à la Lune, à la Déesse.
IMBOLC
OSTARA
Vign_71ae36bb
Equinoxe de printemps (21/03) : Equilibre et Renaissance

Appelé aussi Alban Eiler, cette fête trouve sont équivalent : Pâques dans la tradition judéo chrétienne. Elle marque l’Equilibre entre le jour et la nuit avec la promesse d’une lumière plus grande encore, une lumière Renaissante. Les jours rallongent toujours et prennent le pas sur la nuit.

L’Eau et le Feu sont en équilibre parfait même si le feu va prendre le pas sur l’eau. Ainsi l’Air est l’élément qui prédomine (synthèse du Feu et de l’Eau).La tradition des œufs de Pâques vient de cette symbolique de Renaissance, marquée par la venue au monde de la lumière, de la Vie, tel un œuf qui éclos. L’œuf est aussi le symbole de l’équilibre entre le Dieu et la Déesse, le Soleil et la Lune, avec son jaune et son blanc, qui vont donner la vie.
Ostara, que l’on retrouve dans l’anglais Easter ou Ostern en allemand (qui signifie les fêtes de pâques) étymologiquement, on y retrouve la Racine du mot « East » , ou bien « Ost » en allemand qui signifient le point cardinal de l’Est, là où justement naît chaque jour le soleil, à l’Aube, Aube qui symbolise cette même fête.

C’est une fête de l’Espoir, le germe de toutes Vies prête à renaître. Ca n’est pas aussi pour rien que Pâques correspond pour les chrétiens à la résurrection du Christ, sortant de son tombeau ( symboliquement ,la matrice, la nuit) après une période d’Initiation profonde.

Dans la démarche évolutive de chacun, c’est une période du cycle annuelle de renaissance de l’énergie positive, qui jaillie après un temps de latence, et qu’il peut être bon de saisir pour soi même renaître et donner de nouvelles impulsions à notre existence, ce sur tous les plans. C’est dans cet esprit que la fête de l’Equinoxe était pratiquée chez les druides.
OSTARA
BELTANE
Vign_015-2734847d3d
Beltane (01/05) :le Feu de la Fertilité

Fête centrale dans le culte Avalonien, Beltane est la fête de l’Union Sacrée du Dieu Cornu et de la Déesse, Cernunnos et Ceridwen. Plus précisemment, en Gaulle, les cérémonies sont en l’honneur du Dieu Bélénos, dieux solaire chez les gaulois. Elle marque l’ascension de la Lumière. Le Feu est l’élément qui domine Beltane, avec l’air.

Traditionnellement, Les Feux de Beltane y étaient allumés, Deux feux, entre lesquels les participants et plus souvent les couples, passaient. La bétail aussi par ailleurs pour y être béni. Cette cérémonie présidée par les Druides et les Prêtresses était aussi l’occasion d’Oracles et de Bénédiction de la Terre pour que les récoltes soient fructueuses et la saison prospère. C’est aussi en ce sens une fête de fertilité symbole de l’union du Dieu et de la Déesse.

Chez les Nordiques, c’est la fête de Balder, le dieu lumineux, de Sol la déesse solaire.

L’arbre qui domine Beltane est le Bouleau, à l’écorce blanche immaculée, ainsi que l’Aubépine qui symbolise la purification et la protection, suivant des principes féminins.

Dans la continuité du cycle des saisons, Beltane marque donc l’Ascension de la Lumière , son Epanouissement après sa renaissance à l’équinoxe, le moment où la Lumière triomphe de la Nuit. Après la léthargie, et la renaissance, on entame une phase d’expansion ( à l’image du feu ), tant sur le plan spirituel et énergétique, que dans la vie quotidienne : la vie agricole reprend, et la floraison de la nature, du feuillage des arbres bat son plein. C’est un temps de croissance sur lequel chacun peut adapter son rythme !
BELTAINE
LITHA
Vign_577893_415491908475950_100000454324197_1467520_465372526_n
Solstice d’Eté (21/06) : Apogée du Soleil

Nommée aussi Alban Efin, le 21 juin est le jour le plus long de l’année. Il marque l’Apogée de la Lumière, la période la plus prospère de l’année et le début de l’été. Mais s’il porte la Lumière en son plus haut point, c’est aussi le jour où cette dernière commence à décliner.

Dans la tradition druidique, les cercles de pierres marquaient ce jour dans leur positionnement jouant ainsi un rôle de « calendrier » (et pas seulement des solstices) c’est en leur sein que se pratiquaient les Cérémonie de Rites de l’Aubes pour célébrer la venue du jour le plus long.

C’est une fête de justice, de bonté et de vérité, d’illumination, de sagesse, de transcendance spirituelle très intime. C’est un jour aussi de bannissement du négatif.

C’est la Triple Illumination de l’Awen, le principe divin supérieur, manifesté dans les Trois rayons du Tribann qui dominent cette journée. D’autres cérémonies enfin sont célébrées au Zénith, au paroxysme de l’ascension du Soleil. C’est une fête de Feu sous sa forme la plus pure qu’est la Lumière.

Cette journée marque donc aussi le jour le plus élevé, énergétiquement parlant. C’est une période d’expansion maximale pour chacun et chaque chose en la Nature. On est arrivé au point le plus haut de notre renouveau, de ce cycle précis et annuel d’évolution.
LITHA
LUGNASAD
Vign_2d24af8e
Lugnasad (01/08) : Paix et Prospérité

Littéralement, Lugnasad veut dire « l’Assemblée de Lug » dressée, dans les légendes, en l’honneur de la Terre-Mère pour ses dons aux hommes notamment. Par ailleurs Lug est le Dieu Solaire aux attributs royaux. C’est aussi un dieu Trinitaire dont le Tribann est un des symboles.

On trouve aussi une autre appellation à cette fête : Lammas. C’est une fête paysanne majeur car elle marque le temps de la récolte et des moissons en plein cœur de l’été. Traditionnellement cette fête était présidée par les Rois et Seigneurs.

Elle était très répandue parmi les populations celtiques, de l’Irlande en passant à la Gaule, et même jusque parmi les Germains.

C’est un moment très joyeux où se mêle à la solennité du moment, réjouissance, musique, danses, jeux…

En tant que première fête après le solstice et elle marque les débuts de la descente vers l’Automne. Mais c’est malgré tout un jour lumineux, ou chacun profite du fruit de son travail et de son labeur, où chacun constate l’avancée de son évolution et peut en jouir. C’est la Fête du Don, de la Richesse sur tous les plans, où l’on offre, reçoit, partage …

Lugnasad marque réellement un temps de quiétude, de pérennité de la Vie et de constance
LUGHNASADH de PAT Mc MURPHY
Vign_411122_386311684725465_217926117_o
Un livre magnifique , à lire et à relire .... Je vous le conseille vivement ....
A commander sur le lien en cliquant sur l'image ...... 
LUGNASAD
MABON
Vign_wonderful-art-11
Equinoxe d’Automne (21/09): Recul et Equilibre

Désignée aussi sous le nom d’Alban Elfed, l’Equinoxe d’automne marque à nouveau un temps d’équilibre et s’oppose dans l’année à l’Equinoxe de printemps. Celui-ci marque l’équilibre des forces du Jour et de la Nuit, avec aussi le début des jours où la nuit domine, ce jusqu’au solstice d’hiver. C’est les derniers rayons dorés du soleil qui éclaire une Nature s’apprêtant à s’endormir…

C’est un temps de recul, de repos, l’automne nous permet de faire un bilan de l’année avant l’hiver qui marquera notre retour à la Terre, notre régénération dans la matrice primordiale, comme les animaux qui hibernent.

C’est un temps où l’on engrange pour la saison froide toutes les vivres, c’est le moment des dernières récolte. Il ne doit pas y avoir de nostalgie, car c’est la promesse d’un renouveau au bout de la nuit dont témoignent ces derniers jours de chaleurs et d’été avant l’automne. Il faut regarder notre cycle qui s’achève avec plénitude et se préparer à entrer dans la phase de latence qu’est l’hiver, temps initiatique pour mieux renaître encore à la saison nouvelle.

L’élément Terre domine cette période de l’année et exprime parfaitement cet esprit de flegme et de calme que représente ce temps.

La forêt (et notamment le Chêne) et ses esprits de la Terre, comme les Gnomes, sont à l’honneur. Cette fête est spécialement dédiée au Dieu-Cerf dont la ramure symbolise autant l’expansion vers le ciel que le centrage de notre être en une unité « germinale » que l’on retrouve pendant l’hiver.
MABON
SAMAIN
Vign_39f89958
Samain (01/11) : le Retour à la Source

De toutes les fêtes « païenne » Samain est sûrement une des plus connues et qui persiste le plus sous sa forme originelle avec l’Halloween Anglo-Saxon. Si l’on rattache son symbolisme souvent à celui des morts c’est là une interprétation erronées, car Samain rend honneur aux Ancêtres (tradition que l’on retrouve dans le culte des Saints à la Toussaint), aux esprits de l’autre monde qui jusqu’en cette extrémité de l’année ont accompagnés chaque être dans leur périple évolutif tout au long de ce cycle.

D’un point de vu énergétique, Samain est très élevée, c’est un moment particulièrement mystique, car c’est le moment de l’année où l’au-delà est au plus proche de nous, autrement dit, où plan physique et plan éthérique sont le plus en phase, ce qui tendrait à expliquer ce rapport particulier entretenu avec les Esprits, et plus généralement toutes les entités.

C’est donc un moment hors du temps des plus propices pour entrer en contact avec les plans supérieurs. On comprend aussi pourquoi c’est un des meilleurs temps, en opposition annuelle avec Beltane, pour réaliser les Oracles et autres actes de divination.

Festins et cérémonies étaient orchestrées par les druides, c’était un moment de réunion et de communion entre les incarnés et les esprits de la Nature et les Dieux. Lug et tout particulièrement le Dagda étaient à l’honneur durant cette fête. Dagda, le Dieu-Druide, est aussi maître de la vie et de la mort parmi ses nombreux attributs, ce qui explique sont rattachement à cette fête et plus généralement à cette période. Dans la Tradition gauloise, Dagda n’est autre que le Dieu Esus, du moins pour certains de ses aspects.

Samain est la fête durant laquelle les Druides cueillaient la plante sacrée : le Gui, munis d’une serpe, d’or de préférence, et recueilli dans un drap blanc tendu…

Samain marque aussi le dernier mois lunaire (du calendrier de treize mois lunaires de 28 jours chacun), la fin de l’année et le début de la nouvelle dans la tradition populaire celtique.

Samain, c’est donc pour chacun ce retour à nos origines, dont témoigne le culte des ancêtres dans la tradition celtique. Un retour à la Source Primordiale, l’Awen, après l’expérience de l’année précédente. C’est une sorte de mort initiatique qui durera tout l’hivers, un temps de régénération et de purification, d’apprentissage aussi parfois marqué par la souffrance, mais dont nous pourront jouir de tous les apports, à notre « réincarnation » symbolique, notre renaissance, lors du Retour des Longs Jours, au printemps.
SAMHAIN or SAMAIN
YULE
Vign_1
Solstice d’Hiver (21/12) : Lueurs au Cœur de la Nuit

Cette fête marque le début de l’hiver et du temps d’hibernation. Nommée aussi Alban Arthan, cette fête correspond au Noël Chrétien.

Nuit la plus longue, c’est aussi la fête du Soleil Invaincu car en son sein, la nuit porte le germe de la Lumière car c’est à partir du Solstice que les jours rallongent. C’est le symbole de la Lumière au cœur des Ténèbres.

Dans le Culte Druidique, c’est un véritable appel à la Lumière. Les Rituels sont surtout des rites d’appel au Feu, ont y allumait au cœur des cercles de pierres, souvent dédiés aux rites solaires, le Feu Sacré à l’image du Soleil renaissant dans la Nuit. On pourrait symboliquement comparer le Solstice à la Vie qui se développe dans la Matrice sombre, le germe qui s’éveille dans la terre ou l’embryon dans l’utérus de la mère. C’est aussi une prise de conscience spirituelle de chacun, qui au cœur de l’hiver porte dans son reclus, dans son isolement, dans son hibernation symbolique, l’espoir du renouveau, une étincelle divine qui commence à embraser l’Être.

Yule marque ainsi le temps de l’espoir, le temps d’une régénération de chacun, un temps d’initiation nécessaire à toute évolution …
YULE
LE SECRET DU SOLSTICE
Vign_426049_10150609840328297_65239508296_9155555_760906930_n
Le secret du solstice
(auteur inconnu, traduction de l’anglais et adaptation Morgane Lafey)

Dans une blanche forêt d’hiver, vivaient un petit groupe de fées gardiennes des plantes. Leur maison était tapie dans une grotte minuscule entre les racines moussues d’un grand chêne. Elle dormait dans un lit d’aigrettes de pissenlit, de plumes d’oiseaux et de mousse sèche.

Dehors, le vent était glacial et les flocons de neige recouvraient doucement la terre.

- J’ai vu le Soleil roi, aujourd’hui, dit la petit fée des roses en resserrant sa cape de mousse contre elle, il avait l’air si vieux et si fatigué, qu’a-t-il donc ? C’est inquiétant.
Le Grand Chêne dit qu’il est en train de mourir, répondit la fée des jonquilles
Mourir ? Qu’allons-nous faire, maintenant ?
La fée des pervenches se mit à pleurer:
Si le Soleil Roi meure, nos plantes amies ne pousseront plus ! Les oiseaux ne viendront plus chanter et ce sera l’hiver partout et pour toujours !
Les fées des lilas, des pissenlits et des fleurs de tilleuls essayèrent de réconforter leur amie mais elles étaient bien tristes, elles aussi.
C’est alors qu’on frappa à leur minuscule porte.
 
Vign_26229_103340153042272_100000988637464_26047_3412168_n
Ouvrez-moi, Fées ! appela une grosse voix, pourquoi vous cachez-vous au lieu de vous joindre à notre fête du Solstice ?
Rose ouvrit la porte sur un petit gnome au bonnet rouge en train d’épousseter les flocons de neige étincelants de son gilet vert.
Nous sommes trop tristes pour faire la fête dit Jonquille en s’essuyant les yeux, le Soleil Roi est mourant, ne le savez-vous pas ?
Oh, mais il est déjà mort, stupide petites fées, répondit-il d’un air enjoué, allez, maintenant dépêchez-vous ou nous allons être en retard pour la fête !
Comment pouvez-vous vous réjouir ainsi ! lança Fleur de Tilleul, sourcils froncés, en donnant un petit coup de pied au gnome. Si le Soleil Roi est mort, l’hiver s’est installé pour l’éternité. Nous ne reverrons jamais les chauds rayons du soleil.
Petites fées ignorantes ! ricana le gnome facétieux, vous ne connaissez donc pas le Secret du Solstice ! Souhaitez-vous le découvrir ?

Les fées se regardèrent puis fixèrent le gnome avec surprise.
Un Secret ? Dirent-elles toutes en même temps, quel secret ? Nous sommes nouvelles dans nos fonctions, stupide petit gnome ! Nous n’avons jamais assisté à une Célébration de Solstice !
Venez voir ! Venez voir ! Mettez vos capes et venez avec moi ! Le gnome dansa la gigue en chantant dans toute la pièce. Dépêchez-vous et ne lambinez pas ! Tous au bosquet du chêne sacré, là-bas !

Puis d’un coup, il disparut.

Que pouvait bien vouloir dire ce gnome ? demanda Rose en fermant sa cape de pétale de roses séchés et de duvet d’oie avec des fils de toiles d’araignée.
Je ne sais pas, mais dans le Bosquet Sacré on trouve la Source: la jeune fille, la mère et la vieille, peut-être nous expliqueront-elles…
Pervenche mis son chapeau.
 
Vign_ac7u3l
Les fées quittèrent leur abri si rassurant et partirent à l’aventure à travers la neige en direction du Bosquet du Chêne Sacré. La forêt sombre n’était éclairée que par quelques légers rayons de lunes se frayant un chemin dans les branches des chênes et des buissons d’aubépine. Elles avaient du mal à marcher dans la neige, le vent les faisait frissonner, quelle épopée ! Alors que la neige commençait à mouiller leurs pieds, elle rencontrèrent un ours. De son pas lourd et assuré, il s’avança vers elle et leur demanda:

Où allez-vous donc, toutes seules par une nuit si froide ? Au Bosquet sacré peut-être, pour fêter le solstice ?
Oui, nous venons pour découvrir le Secret du solstice !
Oh, quelles courageuses petites fées nous avons là ! Grimpez donc sur mon dos, je vous y emmène ! Mon pelage vous protègera de la morsure du froid. Et il se s’assit pour qu’elle puissent monter

Lentement mais sûrement, l’ours, emmena les petites fées vers leur destination.

- Écoutez ! dit Lilas, alors qu’elles s’approchaient du Bosquet. Quelqu’un chante des chansons bien joyeuses ! On dirait même qu’ils sont nombreux à chanter dans la joie !

La belle musique leur parvenait portée par l’air tranquille et froid. C’était la plus jolie musique qu’elle avait jamais entendue. L’ours amena les fées jusqu’aux abords d’une pierre plate, énorme, presqu’un rocher au centre du Bosquet. Il s’assit à nouveau pour les faire descendre.

Regardez ! dit Fleur de Tilleul alors qu’elles glissaient sur le sol couvert de neige, la Jeune Fille, la Mère et la Vieille ! Et on peut voir de nombreux autres invités du Petit Peuple !!!
Ils sont tous souriants et joyeux, dit lilas en regardant autour d’elle
Tous les animaux sont là aussi, chuchota Pissenlit, pourquoi regardent-ils tous la Mère ?
 
Vign_216439_v6hr82eqjqt664x75d56nvugxtiaol_efleetbb_h171115_l
Les petites fées s’approchèrent des Trois Dames assises sur la grande pierre plate. La Mère tenait un paquet dans les bras et lui souriait tendrement. La Jeune fille se dirigea vers les petites fées et les pris délicatement dans ses mains. Elle les tint plus près de la Mère, afin qu’elles puissent voir ce qu’elle portait.

- Un bébé ! Crièrent en chœur les fées. Un nouveau né ! Regardez comme il brille !

- Il est le Soleil Roi naissant, dit la Mère en souriant
- Mais le gnome et le vieux Chêne ont dit que le Soleil Roi était mort, lui répondirent les petites fées. Comment ce bébé peut-il être le Soleil Roi ?

C’est le Secret du Solstice d’Hiver dit la Vieille en caressant la joue du bébé avec sa main ridée. Chaque année, lors des jours les plus sombres et les plus froids, le Soleil Roi se rend dans le Bosquet Sacré où il meure. J’emmène son esprit à la Mère qui lui offre une nouvelle vie. Et c’est ainsi pour toutes les créatures pas seulement pour le Soleil Roi.
Vous voulez dire, que tout ce qui vit et meure, vit à nouveau ? Les fées regardèrent le bébé Soleil Roi, blottit dans les bras de la Mère, en essayant de comprendre le mystère de sa naissance.
Oui, petits êtres, répondit la Vieille. La vie ne finit jamais, c’est le Grand Secret du Solstice d’Hiver.

Soulagée, les petites fées rirent de bon coeur ! Elles étaient tellement heureuses !

Je pense que le petit Soleil Roi devrait recevoir des cadeaux, dit Rose. Je lui montrerai où fleurissent les roses sauvages au début de l’été.
Et, je lui enseignerai comment appeler les oiseaux et écouter les chants du vent, déclara Pissenlit
Lorsqu’il sera plus grand et plus fort, dit la Mère, les fleurs fleuriront et son contact, les oiseaux reviendront chanter et l’air sera chaud grâce à son souffle, et l’hiver sera parti pour un moment. Alors le Soleil Roi courra et jouera avec vous dans la forêt.

Les petites fées chantèrent au bébé Soleil Roi, des chansons du printemps qui vient, de fleurs qui sentent bons, d’abeilles qui bourdonnent et de tous les secrets de la forêt. Et toutes les créatures du Bosquet Sacré chantèrent avec elles. Plus tard dans la nuit, l’Ours les ramena à leur petite maison dans les racines d’un chêne géant où leur sommeil fut rempli de rêves merveilleux, attendant la chaleur du printemps et le plaisir qu’elles auraient avec le petit Soleil Roi.
 
Vign_417390_10150550984923297_65239508296_8959101_1972701215_n
TRADITION CELTE
Vign_celtes
Quelques petits textes pour vous racontez les légendes de certaines de ces fêtes Celtiques
LA NUIT DE SAMAIN
Vign_1225479863867_f_1_
La nuit du SAMAIN, les celtes avaient un rituel pour préparer l'année nouvelle. Ils éteignaient les feux des maisons et les Druides éteignaient le feu sacré puis le rallumaient à la nouvelle année pour marquer le renouveau et honorer le dieu du soleil, puis chaque habitant prenait une braise afin de rallumer l'âtre de leur maison et qui devait brûler toute l'année.

Cette fête durait plusieurs jours et les festins se succèdaient. Le 1er jour, on fêtait les guerriers héroïques, le 2ème jour, les défunts puis les festivités continuaient.

L'esprit des défunts de la tribu était accueilli autour de la table ou près du feu. Mais des esprits malveillants pouvaient aussi se mêler à la fête, aussi, les celtes se maquillaient et revêtaient des vêtements hideux pour les faire fuir.

L'arrivée du Christianisme a modifiée cette tradition en France car les papes (en autre, Grégoire IV), ne voulant plus de fêtes païennes instaurent la toussaint, jour des morts. Les réjouissances disparaissent pour faire place au recueillement.

Les peuples celtes d'Irlande et d'Ecosse perpétuent la pratique de la nuit du SAMAIN qui se déplace lors de la grande migration vers l'amérique en 1846. Le "All Hallows' day" pour la Toussaint, "All Hallows' Even" pour la nuit sainte qui précéde et devint Halloween bien plus tard. Ils emportent avec eux la légende de Jack O'Lantern.......
LA LÉGENDE DE JACK O'LANTERN
Vign_hallowmas_1010
Un soir dans une taverne, Jack, un maréchal-ferrant irlandais, ivrogne et avare, bouscula le diable.
Ce dernier, comme à son habitude tente de convaincre Jack de lui laisser son âme en échange de faveurs diaboliques…
Sur le point de succomber, Jack demande alors au Diable de lui offrir un dernier verre avant qu'il n'accepte le pacte. Le Diable se transforme alors en pièce de six pence afin de payer le tavernier.
Prestement, Jack empoigne la pièce et la glisse dans sa bourse. Or, celle-ci contient une croix d'argent, le Diable ne pouvant plus se retransformer, est prisonnier sous la forme de cette petite pièce !
Jack obtient alors du Malin qu'il ne vienne pas réclamer son âme avant que ne se soient écoulées dix année et le Diable accepte…
   Dix ans plus tard, Jack rencontre le Diable sur une route de campagne : ce dernier réclame son dût.
Jack réfléchissant à toute allure dit alors : " Je vais venir, mais d'abord pourrais-tu cueillir une pomme de cet arbre pour moi ? ". Le Diable grimpe sur les épaules de Jack et s'accroche aux branches du pommier. Jack sort alors son couteau et sculpte une croix sur le tronc de l'arbre…
Coincé de nouveau ! Le rusé maréchal-ferrant obtient alors du Diable la promesse qu'il ne prenne jamais son âme…Sans autre solution, le Diable accepte et Jack efface la croix du tronc.

Quelques années plus tard, Jack meurt. Il se voit refuser l'entrée du paradis à cause de sa vie d'ivrognerie.
En désespoir de cause, il se rend chez le Diable. Aux portes de l'enfer, celui-ci lui rappelle qu'il ne peut pas prendre son âme… "Mais où vais-je aller ? demande Jack. " Retourne d'où tu viens " lui répond le Diable !

Il faisait nuit, froid et un grand vent soufflait. Jack demanda alors au Diable s'il n'avait pas de quoi l'éclairer sur la route. Dans un geste de bonté, le Diable lui donna une braise. Jack la mis dans un navet qu'il mangeait pour la protéger du vent glacé. Depuis lors Jack est condamné à errer comme une âme en peine au milieu des ténèbres…


La tradition irlandaise de creuser des navets lors de la nuit d'Halloween (en souvenir des âmes perdues comme celle de Jack) fut vite remplacée, lors de l'exode massif des Irlandais vers les Amériques en 1845-50, (" Irish potato famine) par l'envie de creuser des citrouilles qu'ils trouvèrent sur place.
LA PRINCESSE DE BELTANE
Vign_forgotten_melody_by_irulana
J'ai trouvé par hasard sur la toile , ce très jolie conte , écrit par une internaute Monique Tedeschi...  


  Il était une fois une jolie princesse, au temps où l’on vivait encore avec les fées et les dragons. Cette jeune princesse s’appelait Bellissima.

Bellissima venait de passer plusieurs mois d’hiver au chaud dans un son château sous-terrain à dormir, ou du moins à se reposer sous sa confortable couette garnie de pétales de roses. Durant la longue période sombre, elle avait repris des forces et s’était laissée bercer au son des tempêtes ; son coeur avait ralenti son rythme sur celui, paisible, des doux flocons de neige qui tombaient.

Et le temps s’était ainsi écoulé jusqu’à ce qu’un jour, les élancements dans ses jambes lui apprennent que le temps était venu de s’étirer. La chaleur qui émanait des rayons du tout nouveau soleil et qui pénétrait jusqu’à son château sous terre lui avaient confirmé qu’il était temps d’ouvrir les portes de la terre. Elle se sentait prête à vivre une nouvelle saison de sa vie.

Tout doucement, Bellissima se décida à gravir les marches qui menaient à la surface de la terre. Elle monta lentement car elle n’était pas encore tout à fait réveillée ; mais, chaque jour, elle constatait combien sa vigueur se décuplait et c’est avec une grande joie qu’elle parvint à la porte du Soleil, celle qui était à la limite entre son royaume d’hiver et son royaume d’été. Bellissima était en effet une princesse chanceuse, car elle avait deux royaumes et deux châteaux : un royaume et un château pour l’hiver et un royaume et un château pour l’été.

Avec un grand sourire, elle poussa la porte du Soleil, sortit sa tête, puis ses épaules et respira profondément l’air frais qui sentait le jeune soleil et les bourgeons. Après s’être longuement étirée, elle franchit complètement la porte et se retrouva à l’air libre, heureuse de vivre. Bientôt elle allait retrouver ses compagnes qui, tout comme elle, allaient franchir la porte du soleil une à une. Elle décida alors de se rendre immédiatement à son château d’été afin d’y revêtir ses nouveaux habits.

Bellissima était vraiment une très belle princesse ; sa peau claire avait la couleur des lys et ses mains délicates avaient la grâce d’un cygne ; elle ferait une parfaite Reine d’Été. Elle choisit une magnifique robe couleur de jacinthes sauvages, assortie à ses beaux yeux bleus, coiffa ses longs cheveux bruns et y piqua de nombreuses fleurs des champs. Enfin, elle posa sur sa tête sa couronne de fleurs et sortie retrouver ses amies qui riaient en se parant elles aussi de mille couleurs dans les jardins fleuris du château.

Dans la nature, toutes les fleurs avaient revêtu leur plus beaux pétales pour faire honneur à Bellissima et au Roi d’Été. Chaque fleur était l’objet d’une bruyante activité de la part des abeilles enfin réveillées qui s’affairaient avec zèle, transportant le précieux nectar qui deviendrait le succulent liquide doré tant apprécié. Chaque animal se préparait pour rencontrer sa compagne ou son compagnon de vie ou d’une saison. Quant aux oiseaux, leurs chants étaient les plus doux et les plus enchanteurs que l’on est jamais entendus, célébrant ainsi la beauté de la vie renaissante, l’amour et la joie.

Chaque année, les habitants du royaume célébraient l’arrivée de Bellissima par la fête de Beltane. C’était aussi l’occasion de célébrer son mariage avec le Roi d’été par des réjouissances fastueuses. Cette fête était ainsi très importante, car on remerciait pour toutes les richesses que la terre d’été allait apporter à tous les habitants du royaume grâce à l’union de Bellissima et de son roi : cette fête était donc la promesse d’une abondance pour tous.

Toutes les jeunes filles et les femmes portaient des couronnes et des ceintures de fleurs. Tous les hommes et jeunes hommes portaient des couronnes de feuillages. Chaque personne avait pris grand soin de sa toilette afin d’offrir la lumière de sa beauté en hommage à la vie qui renaissait partout dans la nature et dans le coeur de tous les êtres.

Bellissima était allée attendre son Roi d’Été à l’orée de la forêt où celui-ci devait la retrouver. Ensemble, ils s’étaient rendus dans les jardins autour du château. Dans une grande allégresse, on y avait planter les graines qui serviraient à nourrir tous les habitants dans les mois à venir et lors du prochain hiver.

Plus encore, chaque habitant avait planté des graines dans son propre coeur, les graines d’amour, de joie et de paix, que toute personne souhaitait voir croître dans sa vie et celle de tous les êtres qui l’entouraient. Ces souhaits avaient été écrits sur de jolis rubans et accrochés à l’arbre sacré au milieu du jardin d’où ils se répandraient sur tout le royaume.

Les fées avaient ensuite invité tous les enfants à danser autour de l’arbre de Mai spécialement dressé pour la fête au milieu d’une clairière dans la forêt voisine. Tous les enfants y coururent joyeusement avec de beaux et longs rubans dans les mains. Une fée attacha les rubans tout en haut de l’arbre de Mai ; les enfants dansèrent et chantèrent en tissant leurs rubans autour de l’arbre. Une grande joie régnait parmi la foule, en particulier au sein des fées et des enfants.

Bellissima et son roi s’étaient donnés solennellement à chacun un anneau, symbole de leur lumineuse union ; les fées présentes prononcèrent des voeux de prospérité pour les jeunes mariés, souhaitant que leur union fut heureuse et sertie de nombreux fruits. Main dans la main, ils étaient alors passés au milieu de deux feux dressés par les fées pour sceller ces voeux sous les acclamations de toute la population.

Bellissima et le roi d’été avaient ensuite dansé autour de l’arbre, et invité tout leur peuple à en faire autant. On avait fait dresser une table où chacun pouvait trouver de bonnes choses à boire et à manger durant toute cette nuit de fête, y compris du miel et du lait pour les fées. Partout des feux avaient été allumés par celles-ci ; on dansait autour et puis aussi, on passait entre deux feux afin de bénir les fruits à venir. Tout le monde s’amusa beaucoup car c’était une très belle fête.

Chacun rentra chez soi, en paix et confiant dans l’avenir car tout avait été fait pour que le meilleur s’accomplisse dans les mois à venir.

Monique Tedeschi
CONTE DE L'IMBOLC
Vign_545702_10150671549313297_65239508296_9388717_1032117115_n
L’histoire des petits enfants-racines

Sybille von Olfers

Dans le sol, au plus profond de la terre entre les racines des arbres, les petits enfants-racines dormaient profondément tout l’hiver. Ils ne sentaient rien du vent glacial, de la neige froide ou de la grêle cinglante. Ils dormaient paisiblement dans leurs terriers chaud. Ils rêvaient du soleil dans lequel ils avaient joué tout l’été. Et quels merveilleux rêves c’était !

Quand enfin le dernier hiver pris fin et que le soleil commença à fondre la neige, notre mère la Terre vint avec sa bougie pour les réveiller à nouveau.

« Réveillez-vous, les enfants », appela-t-elle gentiment. « Le temps est venu maintenant de se lever. Vous avez assez dormi. Le printemps arrive et il y a du travail à faire. Je vous ai apporté des ciseaux, des aiguilles et du fil et des morceaux de tissus de sorte que vous pouvez tous vous faire de nouveaux habits. Réveillez-vous ! Dès que vous êtes prêts, je vais déverrouiller et ouvrir les portes de la terre ».

Les enfants bâillèrent et s’étirèrent. Puis ils se levèrent gaiement. Hourra, le printemps arrive !

Mère Terre avait des morceaux de tissus de belle couleur dans son panier. Chacun des enfants-racines choisit sa propre couleur pour se faire une robe. Le perce-neige choisit un chiffon blanc comme la neige, le myosotis un morceau bleu ciel, le bouton d’or du jaune brillant, la marguerite du blanc avec du jaune et un peu de rouge, et le coquelicot un rouge vif.

Puis ils se sont assis en un cercle intime et commencèrent à travailler activement. Ils coupèrent, cousirent et repassèrent jusqu’à ce que tout soit exactement adapté.

Et tandis qu’ils travaillaient, ils chantèrent toutes les chansons de printemps qu’ils savaient.

Dès qu’ils eurent fini de faire leurs nouvelles robes, ils allèrent jusqu’à Mère Terre en une longue procession. Mère Terre regarda par-dessus ses lunettes, surprise de voir les enfants-racines venir si tôt.

« Eh bien, eh bien, vous avez été rapides », dit-elle, « et c’est joli comme tout ! »

Même les petites fourmis qui avaient aidé Mère Terre à enrouler sa laine en pelote vinrent regarder avec curiosité. Ils n’avaient jamais vu de vêtements si splendides.

Mais il y avait encore beaucoup à faire. Les coccinelles, les scarabées, les vers et les bourdons avaient également été dormir sous la terre et devaient maintenant se réveiller. Ils devaient être lavés et brossés, peints en couleur, et on devait les faire briller afin qu’ils paraissent aussi beaux que possible. Qu’est-ce que ce tohu-bohu qui se passait là-bas !

Juste au-dessus du sol, le chaud soleil était déjà en train de faire sortir les nouvelles feuilles vertes sur les arbres. Est-ce que les enfants-racines seraient prêts à temps?

Enfin, c’était vraiment le printemps!

Mère Terre ouvrit la porte. Ensuite, dans le soleil printanier vint le cortège de scarabés, les coccinelles et les enfants-racines.

Dans le bois, les papillons voltigeaient joyeusement autour des fleurs. Le muguet trouva un endroit frais à l’ombre des arbres à côté de violette bleue et là, ils laissent leurs clochettes tinter.

Là, le trop vieux père escargot vint lentement en rampant.

« Ha, vous êtes tous là! Bienvenue à la grande forêt », dit-il aux enfants.

La petite violette le regarda timidement de sa place à l’abri derrière son arbre. Elle n’avait jamais vu une telle créature avant !

L’été vint. Dans le petit ruisseau qui coulait entre les prairies, le nénuphar se laissait transporter sur l’eau comme une princesse.

Les roseaux murmurèrent dans le vent. Le myosotis vint et marcha précautionneusement dans l’eau. Mais les scarabées grommelèrent:

« Il y a trop de monde ici. Allez jouer ailleurs ! »

Dans la prairie fleurie, les enfants-racines s’amusaient bien. Ils dansèrent avec agilité dans la chaleur du soleil. Ils faisaient des pirouettes, youpi, quel plaisir! Si seulement c’était toujours l’été!

Les papillons voletaient au-dessus, et même les scarabées risquaient une danse. Les grillons chantaient, les abeilles bourdonnaient et c’était leur musique.

« Faites attention, petites herbes, ne tombez pas ! »

Mais l’été arriva également à sa fin. Le fort vent d’automne tournait en l’air les feuilles de couleurs vives et tira sur les vêtements des enfants-racines.

» Hou « , fit le vent, « Il commence à faire froid ici. Il est temps d’aller au lit « .

Alors ils sont tous rentrés de nouveau, en longue procession. Mère Terre se tenait près de la porte et embrassa chaque enfant un par un.

« Venez, les enfants », dit-elle, « et vous aussi, les scarabées et les abeilles. Il fait chaud et confortable ici et j’ai quelque chose pour vous tous pour manger et boire. Après ça, vous devrez tous aller dormir jusqu’à ce que je vous réveille au printemps ».

Et tous les petits enfants-racines allèrent à nouveau sous terre pour commencer leur long sommeil d’hiver.

Traduction Monique avec l’aide de Cecilia, pour l’Ecole des Fées
 
Vign_jbgn7u9y
LES LUEURS D'IMBOLC
Vign_3be502d1
« Sous la claire lune ronde aux zébrures d’argent


Virevoltent les sylphides montant comme par magie
Des herbes de la lande en guirlandes infinies
Tout un peuple ce soir célèbre le nouvel an.

L’hiver marque la terre de sa froidure blanche
Et le vent qui s’engouffre entre les arbres maigres
Avec force et passion s’enroule autour des branches
Quand il ne faiblit pas dans une bise aigre…

Qu’importe le temps contraire à ceux qui se réjouissent
De la nouvelle lumière qui chaque jour s’accroît
En une aube plus précoce aux fins rayons de soie
Auxquels mille et mille vies y puisent et se nourrissent.

La Nature fête Imbolc où tout est purifié
Sous l’égide de Brigid et de Belisama
Recevant les offrandes des futurs initiés
Et les Druides en cercle bénissent l’eau de joie… »
LA BÛCHE DE YULE
Vign_dsc_0005b
Photo de Mélanie Thomazeau

La Bûche de Yule

Par The Crone's Cottage, traduction Lune



La bûche de Yule est un élément central des festivités de Yule. La bûche est allumée avec les restes du feu de Yule de l'année précédante. Ces restes sont gardés à la maison durant l'année pour la protection... La bûche de Yule symbolise le retour de la lumière pour vaincre l'obscurité. Selon la tradition, la bûche doit soit avoir été récoltée sur les terres de celui qui habite la maison, soit être un cadeau... Elle ne doit jamais avoir été achetée. Une fois ramenée à la maison et placée dans la cheminée, elle était décorée avec des feuillages de saisons, arrosée de cidre ou de bière, saupoudrée de farine avant d'y mettre le feu. La bûche devait brûler toute la nuit, puis se consumer pendant 12 jours avant d'être éteinte de manière cérémonielle. 

Un autre genre de bûche de Yule, et peut-être plus adaptée aux praticiens modernes, serait celle employée comme support pour maintenir trois bougies. Trouvez une petite branche d'un chêne ou d'un sapin, et tranchez-la d'un côté pour obtenir une surface plane pour qu'elle tienne debout. Percez trois trous dans la partie supérieure pour y placer des bougies rouge, verte et blanche (saison) ; ou verte, dorée et noire (le Dieu Soleil) ; ou encore blanche, rouge et noire (la Grande Déesse). Poursuivez la décoration à l'aide de branchages, de rubans rouge et doré, boutons de rose, clous de girofle, saupoudrez de farine. 

Une fois fait, la bûche de Yule est au centre des célébrations. 

Il existe de nombreuses manières de récolter votre bûche. Certains récoltent une bûche à Beltane et la laissent sécher jusqu'à Yule. D'autres utilisent la partie la plus fine du tronc de l'arbre de Yule, la mettent de côté pour qu'elle devienne les bûches de Yule des années suivantes. D'autres encore feront un randonnée rituelle dans les bois à l'époque de Yule et ramèneront leur Bûche de Yule à la maison.
 
Vign_wiccan8
 
karin-nobbs-le-coeur-des-anciens
 
Image du Blog chouky39.centerblog.net
Cycle Lunaire
 
Vign_vign_179130_4373710666681_1146784624_n
 
L’influence lunaire agit sur la terre : sur les marées, sur le comportement des végétaux, des animaux, sans oublier les êtres humains « Avoir un tempérament lunatique. »
De là viendra le calendrier lunaire celtique et hébraïque. Tandis que le zodiaque traditionnel restera solaire. Plus tard, il deviendra le calendrier luni-solaire, divisé en 28 maisons de la lune, ce qui nous a donné les décans (3 fois 10) de nos signes astrologiques classique dite Judicaire, division du TEMPS en jours et en nuits. Le calendrier gaulois divisé en deux quinzaines symboliques ; la phase croissante de la lune, et la phase décroissante. Ne pas confondre avec le calendrier celtique qui lui divise les décans en dix degrés qui représentent un signe.

Les planètes sont les mêmes bien sûr, mais avec une appellation différente.

Les Celtes avaient un calendrier qui remonte à la nuit des temps ce calendrier lunaire est basé sur les phases de la lune, à noter que la pleine lune est le premier jour du mois. Il y a treize mois lunaires dans une année lunaire.
Le Samain[1] ou le Samuhin commence l’année celtique c’est-à-dire le 1er novembre jour de l’an celte. Astronomiquement, il commence avec la dernière pleine lune d’octobre.
C’est la première fête de l’année. Le Samain, pour les Celtes et les Gaulois ou la Toussaint comme de nos jours était la fête des morts. Ce jour-là le premier feu qui servait à rallumer tous les foyers de l’Île, en Irlande. C’était aussi le rassemblement des clans et la réunion de la famille et amis. Ce sont les « Feis ou les Senachs « assemblées juridiques et politiques, occasion des fêtes sportive, courses de chevaux, etc. Olympiades celto gauloises.

Comme cette pleine lune en astronomie, indique le premier jour de l’année de ce point que vont débuter les calculs des cultures, dit calendrier agraire calendrier, des signes de l’astrologie celtique le premier signe étant celui des Vents. Cependant le calendrier celtique a 13 périodes de ce fait les dates ne correspondent pas. Du calendrier lunaire la magie celtique en dépend, a la fin de cet ouvrage vous trouverez un tableau des phases de la lune ????? cela vous sera utile pour lutter contre les sorts, et vous protégez d’eux. Pour nous druides la journée commencent à 0 heure (les Celtes se lèvent à minuit) car tous les rituels : Protections, soins, magie, désenvoûtement, et autres se pratiquent que la nuit.



Les siècles et ans celtes.


Les siècles, les ans, les mois celtes commencent toujours le 6 éme jour d’un cycle lunaire. Notre calendrier celte est identique donc à celui des brahmanes, des indous et à celui des musulmans. Pour les brahmanes comme pour les druides ce 6eme jour est considéré, comme un grand un jour béni par les dieux. L’énergie émit ce jour-là par la lune et les éléments sont d’une force considérable. Le cycle lunaire étant de 27 jours, 28 jours ou de 30 jours.
Le cycle de 27 jours :
Pour le calendrier astronomique : calcul des dates, des périodes, et des éphémérides et pour les dépassements et les voyages.

Le cycle de 28 jours :
Concerne les mensuels des femmes, des cycles de la nature, des marées, cycle essentiellement féminin.

Le cycle de 30 jours :
Ce cycle est de nature masculine, ce cycle sert dans l’étude des prévisions mondiales. Curieusement, il a un rapport solaire. Ce cycle ne sert que dans la haute-magie, c’est l’outil de travail du devin, du magicien.

Noté que ces cycles lunaires, jouent un rôle important dans tous les actes de notre vie. Cependant le cycle lunaire de 27 jours est le plus utilisé. Notre astre prend exactement 27 jours, 43 minutes, oui c’est le temps que prend la lune pour revenir à la même position dans le ciel avant de reprendre sa course. Pour nous celtes d’hier et d’aujourd’hui un siècle dure 30 ans soit 401 mois lunaires. Pour nous détendre allons vers le roi ARTUR les chevaliers étaient 400, plus le roi = 401 mois lunaires.


On a trouvé en France à Coligny (dans l’Ain) un calendrier agraire gravé sur bronze, en mosaïque et en langue celte. Certaines notions quotidiennes concernant des fêtes ou cérémonies dont on peut trouver des équivalences en Irlande. Le fait que les Gaulois comptaient le temps en nuits s’accordent avec le caractère lunaire, corrigé par des intercalaires. Remarquons que le système Lunaire étale les changements de phase de la lune sur 7 ou 8 jours. On comprend sans peine que la correspondance n’est qu’approximative avec le système stello-solaire.
Finalement, les hommes ont vécu dans l’attraction terrestre et je trouve dit le druide Lez Béron qu’on lui donne peut-être un peu trop d’importance mais ceci est son avis personnel chacun est libre de penser le contraire. Il faut toutefois considérer que la Lune a fait son arrivée autour de notre globe bien avant Cléopâtre et aie bien changé la face du monde.
L’année hébraïque est lunaire : Shenah. D’où le décalage de la fête de la Pâque juive (sortie de l’Egypte de la Maison de servitude), et de la Pâques chrétienne pourtant basée sur la Pâque juive (sortir de la mort par la résurrection). Chez les Celtes, il n’y a pas de Pâques, car la mort n’existe pas, l’âme se séparer du corps pour voyage sur les ailes du Grand Cormoran Blanc celui-ci n’est pas la mort il le messager qui amène l’âme dans un monde parallèle dans l’attente d’être un réincarné selon son mérite.

Les équinoxes et les solstices dont invariables entre eux.

Vign_images_2_
Calendrier des arbres
Vign_04f3bdce
LES DRUIDES ET LE CALENDRIER LUNAIRE ANNUEL

Les Druides mirent au point un calendrier lunaire annuel, constitué de treize lunes ou périodes lunaires, dont chacune fut attribuée à un arbre
et de cinq nuitss dont la première correspond au premier jour de l'Année et les quatres suivantes ponctuent
les solstices d 'hiver et d'été et les équinoxes de printemps et d'automne
La nuit du 31 octobre au 1 novembre, les Celtes célébraient la nuit occulte de l'IF, appelée aussi
" Nuit de Samain",
au cours de laquelle ils offraient quelques-unes des meilleures graines de leur récolte afin de s'accorde les faveurs et les protections de leurs divinités.
Ils s'agissait d'une fête de sacrifice, de fertilité; de mort et de reconnaissance
Ce jour manquait le début de l'année lunaire celtique
On le célébrait en grande pompe
Cette nuit festive et religieuse se trouve à l'origine de la fameuse fête anglo-saxonne d'Halloween que nous célébrons de plus en plus en France désormais, en opérant, sans le savoir, une espèce de retour aux sources, puisque nos ancêtres les Gaulois avaient coutume de l'honorer chaque année comme nous célébrons encore ce jour-là la fête de Toussaint

Le 21 décembre, jour correspondant au solstice d'hiver, la nuit la plus longue de l'année, les Celtes fêtaient
" la Nuit de Sapin argenté "
en faisant brûler une énorme bûche de sapin
De cette tradition, nous conservons le sapin et la bûche, présents dans toutes les maisons et sur toutes les tables, lors de la nuit de Noël

Le 21 Mars correspond à l' équinoxe de printemps, était célébrée
" la Nuit d'Ajonc"
Cette plante à la floraison réitérée au cours d'une même année symbolisait parfaitement l'éternelle jeunesse, la renaissance constante, la résurrection de la vie, le retour du Soleil, la croissance du jour, la victoire de la lumière sur l'obscurité

Le 21 Juin, au solstice d'été, le jour le plus long de l'Année,
les Celtes fêtaient
" La Nuit de Bruyère "
Le nom de Bruyère vient du mot celte " Vroikos " qui présente aussi une étymologie commune avec Houx et Érable
Or, ils symbolisent tous trois le bonheur, la prospérité, la richesse et l'abondance des récoltes.

Le 21 Septembre, enfin, à l'équinoxe d' Automne,
les Celtes consacraient
" la Nuit du Peuplier Blanc "
qui, par opposition au Peuplier Noir, figurait la période au cours de laquelle la nuit, le froid, le blanc du gel et du givre allaient reprendre leur droit et avec lesquels les reflets argentés de cet arbre se trouvaient en analogie

première lune
Vign_g_astro_bouleau
 LA LUNE DU BOULEAU

DU 24 DÉCEMBRE AU 21 JANVIER

LA RENAISSANCE

Fine écorce blanche, feuillage frémissant, le plus lumineux de tous les arbres est symbole de purification
Remède contre toutes sortes de maladies, son écorce stimule la digestion, ses jeunes feuilles protègent de la goutte, sa sève, recueillie au Printemps est excellente contre l'arthrite

Derrière leur écorce fragile, les Bouleaux ont une capacité de résistance exceptionnelle
Taillés à l'emporte-pièce, inutile de vouloir les changer, ils aiment comme ils sont!
Et pourtant : souvent injustes à l'égard des autres et très indulgents envers eux-mêmes, ils adorent se montrer " Antipathiques "
 
Avec tout cela, les Bouleaux ont néanmoins un charme fou, on recherche leur compagnie car, avec eux, on est sûr de ne pas s'ennuyer, quitte à essuyer quelques pots cassés!

RÉSULTAT

On les aime autant qu'on les déteste!
Curieusement, dans les grandes occasions, un Bouleau peut se révéler un être délicat et sensible
D'une grande honnêteté, il a également une grande générosité d'ÂME
Pas de trace de mesquinerie chez lui dans la plus grande discrétion, il saura faire le bon geste, dire les mots qui touchent, bref, c'est un râleur, un frondeur et pour finir....

UN COEUR D'OR

 
deuxième lune
Vign_g_astro_sorbier
 LA LUNE DU SORBIER

DU 21 JANVIER AU 17 FÉVRIER

LA FOUGUE

Feuillage vert vif aux multiples foloiles, baies rouge corail, le sorbier est décoratif, gai, pimpant.
Arbre magique lié à la connaissance, les druides fabriquaient leurs baguettes divinatoires à partir de ses rameaux, utilisées notamment contre les démons et les sorciers.

LES SORBIERS

Les Sorbiers brûlent du désir d'embellir et d’améliorer le monde. Ils sont particulièrement soucieux des relations humaines, et plus ils avancent en âge , plus ils se mettent au services des autres. Mais au lieu de rechercher leur approbation, ils s'efforcent de vous "embellir" et de vous changer a son image ...
  Cette philosophie recèle bien des pièges, il se peut qu'à force oeuvrer à leur perfection,  ils finissent par se retrouver seul au sommet , or la solitude ne leur convient pas ...
troisième lune
Vign_g_astro_frene
 LA LUNE DU FRÊNE PLEUREUR

DU 18 FÉVRIER AU 17 MARS


L'AMBITION

l'Arbre Sacré des Celtes a une allure à la fois vigoureuse et délicate
Il est particulièrement en beauté à la fin de l'hiver,
quand, dans le gris cendré de ses rameaux,
sortent des bourgeons de velours noir bleuté
Arbre Guérisseur, ses feuilles, employées
contre les morsures de serpent jusqu'au XVIe siècle,
restent aujourd'hui un remède efficace
contre les rhumatismes articulaires.

LÉGENDE DU FRÊNE

La légendaire réserve du Frêne,
qu'elle soit signe de timidité ou d'indifférence, masque mal un grand appétit de plaisirs.
Cette froideur apparente ne serait même rien d'autre
qu'une subtile stratégie pour dissimuler
des ardeurs débordantes
Amis, voisins et jusqu'à la famille,
partagés entre la fascination et l'inquiétude,
ne savent pas toujours sur quel pied danser.
Pour certains, le Frêne est quelqu'un  de froid, intimidant
Pour d'autres,  c'est un être imposant, et qui représente la joie de vivre .
Quoi qu'on pense de lui, il faut reconnaître que
le Frêne a l'art et la manière de séduire!
Trop singulier pour inspirer confiance,
le Frêne plaît par la perscicacité de ses jugements,
Loin des idées reçues
Il a ainsi des amis fidèles, mais lui est moins sûr :
ses sentiments vont et viennent
 
Subtil, aimable, bien élevé, est-ce en raison,
de ses humeurs changeantes qu'il a toujours l'air de se tenir
 prêt à prendre la tangente à la première occasion.

 
quatrième lune
Vign_g_astro_micocoulier
 LA LUNE D'AULNE

18 MARS AU 14 AVRIL

LA PAIX

Il pousse au bord des marécages et dans la brume, où il prend un air fantastique
En Hiver, tout à coup, il se fait bon vivant, tout couvert de chatons, de fruits et de gros bourgeons
C'est peut-être pour cette raison qu'il est un symbole de vie après la mort
De ses feuilles, de ses rameaux et de son écorce, on produisait jadis trois teintures: vertes, brune et rouge

LA PERSONNALITÉ

Les Aulne humains sont des êtres entiers, obstinés, impétueux
Leurs manières sont un peu rudes, et la brusquerie de leurs attaques peut être tout à fait déconcertante
La Femme Aulne n'aime guère la féminité
Ou Plutôt, elle adopte pour elle même un comportement masculin- parle fort, marche vite, fait tout avec vigueur mais admire la douceur et l'élégance chez les autres
D'une efficacité sans pareil pour régler les problèmes d'ordre ménager
L'Homme Aulne développe une formidable intelligence pratique
Mais pour le reste il manque totalement d'imagination et surtout il est trop pressé pour aimer se  couper les cheveux en quatre!
Ne comptez pas sur l'indulgence ou sur la compassion des Aulnes, en revanche, vous pouvez compter sur leur franchise, bien au delà du suffisant
Autoritaires, souvent impatients, les Aulnes sont néanmoins de bons parents, jamais à court d'idée en matière de jeux, de balades, de voyages
Intuitifs et pleins de bons sens, ils règlent les problèmes des adolescents, vite fait bien fait, sans trop de discours.....
Mais sans trop de casse non plus!

 
cinquième lune
Vign_g_astro_saule
 LA LUNE DU SAULE

DU 15 AVRIL AU 12 MAI

LA NOSTALGIE

Un magicien, un enchanteur, un prophète
Fait-il lui-même venir la pluie?
En tout cas, il vit les pieds dans l'eau fécondante
Symbole de nostalgie romantique, on a comparé ses longues feuilles argentées à des larmes
Elles ont été utilisé pendant des siècles contre les rhumatismes chroniques, et contiennent, ainsi que l'écorce, de la saliciline, à l'origine de l'aspirine
Enfin ses bourgeons sont efficaces en cas d'insomnie et d'angoisse

LA NOSTALGIE ET LA SÉDUCTION

Personne ne se méfie du Saule
Il pleure misère, gémit sur sa santé fragile, se plaint de la rudesse du monde qui l'entoure !
Bref, on le prendrait facilement sous son aile protectrice....
 
  Le Saule à constamment besoin d'avoir le sentiment de 
" Faire une affaire "

Calculateur et même profiteur sans aller jusqu'à être malhonnête, il dupe son monde
Le Saule est aussi lui-même sa première victime, car il n'est jamais rassasié et ne retire même pas de satisfaction de ses trésors amassés à la sueur de son front

La Femme Saule se plaint aussi, mais pas des mêmes choses, elle se plaint de solitude, voire, d'abandon

C'est vrai que son partenaire a parfois le sentiment d'être manipulé
Et à force, ça lasse .....
Mais la Femme Saule ne se décourage jamais, et multiple les occasions de rencontre, quitte pour cela à s'inscrire à un cours du soir ou à s'engager dans une association

Là mine de rien, son savoir-faire en matière de séduction opère .
 Car les Saule, homme ou femme, ont un charme ensorcelant qui les rend irrésistibles

 
sixième lune
Vign_aubepine-54a91
 LA LUNE DE L'AUBÉPINE

DU 13 MAI AU 9 JUIN

LA FÉCONDITÉ

Buissons blancs et odoriférants l'aubépine jouit de réels pouvoirs et privilèges
Antispasmodique, sa fleur corrige l'hypo et l'hypertension,
la tachycardie et l'arythmie

PERSONNALITÉ DE L'AUBÉPINE

Être paisible, aimant à laisser libre cours à son imagination....
Il ne faut pas déranger une Aubépine qui rêve
Peu enclins à l'action, les Aubépines assument pourtant leurs responsabilités et prennent soin de leur famille
 
Ils sont aussi très prévenants avec leurs amis
Car ce qu'ils veulent d'abord, c'est avoir la paix
Ils ont tant de passions personnelles à satisfaire :
observer les oiseaux dans le ciel
écouter des disques de leur idole
créer , ce sont des artistes ...
ou tout simplement découvrir
les saveurs d'une cuisine nouvelle

L 'Homme Aubépine n'est ainsi souvent doux et prévenant, et la Femme Aubépine est carrément " fleur... Bleue '
Ce n'est que plus tard dans la vie
 que ces doux rêveurs s'ouvrent aux autres.
C'est alors que tout change
Ils se mettent à donner leur avis, commentent les faits et gestes de leurs contemporains avec grand sérieux. 
Heureusement, ils se révèlent bons pédagogues et savent se faire des enfants, à qui ils aiment transmettre leur expérience et leur sagesse

 
la septième lune
Vign_g_astro_chene_1_
 LA LUNE DU CHÊNE

DU 10 JUIN AU 7 JUILLET

LA FORCE

Axe du monde, support du ciel, synonymie de force invincible.....
le patriache robuste de nos forêts peut atteindre l'âge caninique de quelque mille ans
L'écorce du chêne, astringente, a été utilisée pour tanner les peaux des animaux.

En médecine, elle est prescrite contre les diarrhées et autres affections du foie, et serait efficace en cas d'emprisonnement


LA PERSONNALITÉ DU CHÊNE

Modeste et réservé, le Chêne n'aime pas les excès
Ni vulgarité, ni luxe tapageur, chez lui, tout est d'une grande simplicité
Il recherche le calme, et la banalité des jours qui se suivent à l'identique ne lui fait pas peur
   La nature cependant est sa grande passion, et il a besoin de campagne plus que de compagnie
Se promener dans les bois est une façon pour lui de se ressourcer
Un rayon de soleil, le chant des oiseaux, et le voilà tout ragaillardi
Très déterminé, et même obstiné, le Chêne prend ses décisions en toute sérénité, et ne revient jamais sur un engagement
Beau parleur, il sait convaincre, sans déchaîner la passion, car ses arguments, certes rigoureux, manquent de chaleur
Attention, car ce grand calme n'est pas à l'abri des coups de foudre, qui peuvent le laisser  K.O debout

 
La huitième lune
Vign_holly-christmas
LA LUNE D'YEUSE OU DU HOUX

DU 8 JUILLET AU 4 AOÛT


L'INDÉPENDANCE

Plante épineuse tenue pour diabolique, sauf en Hiver, quand les rameaux couverts de fruits rouges se chargent d'écarter les maléfiques de la maison
La phytothérapie moderne utilise ses feuilles en décoction contre les rhumatismes et la bronchite chronique, ainsi qu'en diurétique

Qui s'y frotte s'y pique Aîe !, ça fait mal, mais c'est tonique
Car le houx est un être double
Tantôt gai comme un pinson, il est capable de dérider le plus récalcitrant des grincheux
Enthousiaste, optimiste, il déplacerait des montagnes
et sa joie de vivre est communicative

 Tantôt, en revanche, tel un noir corbeau, orgueilleux et taciturne, le Houx impose sa mauvaise humeur,  ses silences et dicte sa loi
Tout le monde doit filer doux
Et le pire souvent, c'est que cela veut seulement signifier
que Mr ou Mme Houx n' a pas eu son content de câlins!

Percer à jour ces grands fragiles de l'Âme demandent du doigté
Mais celui qui réussit à franchir le mur de sarcasmes
et l'océan de méchancetés est récompensé
Passionnés, les Houx s'ouvrent alors sans réserve,
et c'est le bonheur

 
la neuvième lune
Vign_g_astro_noisetier
LA LUNE DE NOISETIER

DU 5 AOÛT AU 1 SEPTEMBRE


LA SAGESSE

Il est aussi connu sous le nom de coudrier,
Symbole de volupté et d'enchantement......
Son rameau fourchu accompagne encore les sourciers,
comme une baguette magique, lorsqu'ils partent
à la découverte de l'eau mais aussi des minerais et
des trésors cachés dans la terre.

Le Noisetier est un roi paresseux, qui n'aspire à rien
tant qu'à fuir toute responsabilité.

Remettre au lendemain ce qu'on devait faire la veille :
le Noisetier se comporte souvent comme un enfant gâté,
qui a tout le temps de la part d'un être par ailleurs normalement intelligent!
Mais c'est ainsi, il ne sait pas travailler comme tout le monde, les obligations lui font horreur,
et le sommeil est son refuge préféré !

Autre caractéristique, le Noisetier, un peu médium, capte les vibrations autour de lui et les restitue de façon claire
pour tout le monde.
L'écouter n'est jamais une perte de temps, car il voit nettement plus loin que le bout de son nez
Il est capable de démêler les fils d'un problème qui vous emprisonne et vous empoisonne l'existence depuis des mois

UN RARE ET PRÉCIEUX AMI !

 
dixième lune
Vign_g_astro_micocoulier
LE PRUNIER

DU 2 SEPTEMBRE AU 29 SEPTEMBRE

L' HONNÊTETÉ

Du Prunier indigène, dit Prunellier ou encore épine noire,
se sont greffées toutes sortes d'espèces,
des mirabelles aux pruneaux d'Agen

Leurs fruits sont symboles de virilité :
les fleurs, de jeunesse et de féminité

C'est aussi une liqueur réputée euphorique

LA PERSONNALITÉ DU PRUNIER

Le raisonnement n'est pas son fort, et il faut beaucoup
de patience pour supporter les humeurs imprévisibles
d'un Prunier

Une inépuisable ardeur, un enthousiasme débordant sont
les traits les plus sympathiques du personnage

Malheureusement, la bonne humeur du Prunier peut se retourner comme une crêpe, pour faire place à des violentes colères.

 
le comportement versatile du Prunier peut être compliqué a comprendre .
Clignotants et alarmes de mise en garde sont impuissants à enrayer l'orage
Le Prunier comprend ses erreurs après coup, jamais avant, et c'est décourageant
Il passe ainsi pas mal d'Années en équilibre instable
 
Avec le temps vient le moment des regrets et des remords
Mais à l'âge de la sagesse, le Prunier se retrouve souvent seul
Pour avoir usé et abusé de l'indulgence des autres
Triste fin!
Et injuste aussi, car, , le Prunier aligne de nombreux talents : il a le coeur sur le main, et n'est ni mesquin, ni rancunier, lui !




onzième lune
Vign_vignette-coeur-de-lierre
LA LUNE DU LIERRE

30 SEPTEMBRE AU 27 OCTOBRE

L'IMMORTALITÉ

Le Lierre est une plante médicinale mais aussi ....Un Poison
Associés aux feuilles de Vigne des Bacchannales de l'Automne, ses branches apaisent les esprits échauffés par le vin
Par ailleurs le Lierre est symbole d'amour fidèle, en raison de la façon dont cette plante grimpante s'accroche à toutes les surfaces

Bon vivant, le Lierre est un être sans mystère.
En revanche, le mystère l'attire comme un aimant
Il a goût pour tout ce qui est insolite
Les phénomènes étranges, ce qu'on appelle le " Paranormal ",  trolls, fées, Korrigans... il y croit dur comme du fer!
Grand amateur de faits divers, il s'intéresse aussi aux petits évènements de la vie quotidienne, qu'il analyse, dissèque et interprète à sa façon
Pour lui, toute une vie est un roman, et toute personne humaine, une énigme, dont il faut percer le secret.
Attentif, attentionné, persévérant, le Lierre peut aussi être un " peu collant " et possessif, car il a besoin de trouver
" son âme soeur "
Mais, c'est un heureux caractère
Sa simplicité, son entrain et son bavardage à bâtons rompus en font un être gai, apprécié autant par son partenaire
que par ses collègues et amis
Cet Amateur de surnaturel et de bizarrerie, a curieusement besoin de grande stabilité, de routine
 , sa vie peut être réglée comme du papier à musique !
Ne lui demander surtout pas de charger ses habitudes

 
Douzième lune
Vign_g_astro_pin
LA LUNE D' IF

DU 28 OCTOBRE AU 24 NOVEMBRE

L'INSPIRATION


Le fameux bâton des Druides est fait d'IF
Depuis la plus haute Antiquité, l'IF sert à fabriquer des armes, piques, lances, arcs et flèches en raison de l'élasticité de son bois, mais aussi de sa toxicité
On l'a accusé d'empoisonner son monde, mais il a aussi servi de remède, notamment comme antispasmodique cardiaque

SA PERSONNALITÉ

Solitaire, immuable, hors du temps, l'IF inspire le respect et l'admiration
Enfant, il est grincheux et capricieux, préfère s'isoler
dans son coin plutôt
que se mêler au reste de la communauté
Adulte, il a horreur de se faire remarquer,
joue les passe-muraille:
ni vu ni connu, telle est sa devise!
Il y parvient fort bien
Sa personnalité est insaisissable
Tel un Caméléon, il adopte les couleurs de ceux
qui sont à ses côtés
Avec lui, c'est souvent le dernier qui a parlé qui a raison
Ses Amis, même s'ils le comprennent difficilement,
ne cherchent pas à forcer sa bulle protectrice
 
Au travail, l'If a intérêt à se trouver des protections,
sinon on lui marche sur les pieds sans scrupule
Ce n'est pas le genre revendicateur, loin de là, mais il est têtu et , mine de rien, arrive à ses fins
La Femme IF est plus facile à vivre
Mais d'humeur égale et sans surprise,
elle est tellement discrète qu'on l'oublierait presque
C'est dommage, car elle aurait des tas de choses passionnantes
à raconter!

C'est une fine mouche, et elle a l'oeil !

 
treizième lune
Vign_g_astro_orme
LA LUNE DE SUREAU

25 NOVEMBRE AU 21, 22 OU 23 DÉCEMBRE

LA DÉLICATESSE

De ses baies rouges ou noires, considérées comme un don de Dieu, les Druides tiraient leur boisson sacramentelle
Et les paysans de jadis, une liqueur tord-boyaux, appelée hièble, qui en argot, a donné " Gnôle"!
Le Sureau est souvent planté près des maisons pour éloigner
les maléfices, mais il peut aussi les attirer
Comme le chiffre " 13 "
il est à double tranchant

LA PERSONNALITÉ

L'être Sureau est très bien équipé dans sa tête, et totalement immature dans son coeur.
C'est le genre premier de la classe, qui sera aussi le premier
à être recalé à l'examen de fin d'Année !
Très intelligent, il est, par d'ailleurs, tellement émotif
qu'il noie dans une verre d'eau et se disqualifie
au regard du monde !
Ces bourrasques, ces tornades d'émotion qui s'emparent
de lui le paralysent

Démuni, fragile, il est en perpétuelle quête de stabilité,
auprès d'amis fidèles
Peine perdue : plus on l'aime, plus on l'admire,
et plus cela pèse sur ses épaules
Ce n'est guère mieux, côté coeur

Le Sureau est sujet aux coups de foudre, il s'engage vite,
et fonce tête la première..... dans le mur
Ce sombre tableau change du tout au tout, une fois passé
l'âge ingrat de l'adolescence

Pour le Sureau, ces premières souffrances seront aussi les dernières, il est ultra " Blindé "

Non pas prêt à prendre sa revanche, car il n'a pas de rancune, mais vacciné à jamais contre ses faiblesses de coeur 

 
 
SAINT PATRICK'S DAY
Vign_480efe12

17 Mars SAINT PATRICK
En ce qui concernent St-Patrick, légendes et faits historiques s'entrelacent mais quelques écrits, dont Confessio, autobiographie spirituelle, nous permettent de tracer une courte biographie.

St-Patrick est né, selon certaines sources, vers l'an 389 en Écosse ou dans le sud-ouest de la Grande Bretagne. Il portait le nom de Maewin Succat (Patricius Magonus Sucatus) et sa famille était britannique romaine. A l'âge de 16 ans, alors qu'il habitait au Pays de Galles, il fût kidnappé par des pirates et vendu comme esclave en Irlande à un propriétaire terrien nommé Meliuc.

Pendant 6 ans on le força à garder des moutons et à vivre dans des conditions très misérables. Il était jusqu'alors un païen mais durant cette période de captivité il eût des visions et se rapprocha de Dieu. En 411, il réussit à s'enfuir par bateau vers la France alors appelée Gaule. Il étudia à Lérins puis Auxerre pendant 12 ans. Il devint prêtre vers 417 et en 432 fût ordonné évêque par le pape Celestin et envoyé en Irlande pour convertir les païens et succéder a Pallaius, décédé durant l'année. Il installa son siège à Armagh en Irlande du Nord.

L'Irlande celtique d'alors était guidée spirituellement par les druides et pratiquait des rites paiens. Le catholicisme y était encore inconnu. L'opposions était forte et St-Patrice fût arrêté à plusieurs reprises mais il s'échappa chaque fois. Il parcouru toutes les régions d'Irlande, formant des apôtres, établissant des monastères et des églises et convertissant le peuple et les dirigeants.

La légende raconte qu'il aurait chassé les serpents d'Irlande en les entraînant à se jeter à la mer du haut d'une colline. Aujourd'hui nous pensons qu'il s'agit d'un symbole, les serpents représentant le mal. Chaque année de nombreux pèlerins se réunissent sur la montagne à proximité de Westport, lieu consacré de l'événement.

On dit aussi qu'il utilisa le trèfle pour expliquer à ses paroissiens la divine trinité. Le Père, le Fils et le St-Esprit, trois parties formant un seul tout.

Il s'éteint à l'âge de 72 ans, à DownPatrick, comté de Down en Irlande du Nord, le 17 mars 461. On peut y visiter sa tombe.

De nos jours, le trèfle est mondialement connu comme étant le symbole de l'Irlande et St-Patrick le patron des Irlandais.

La coutume de fêter la St-Patrice fût amenée en Amérique par les colons en 1737. C'est la première année où la fête fût publiquement célébrée à Boston, Massachussets. L'année suivante on la célébra également a Philadelphie. Encore aujourd'hui on souligne le 17 mars par des fêtes et défilés qui sont organisés un peu partout dans le monde où les Irlandais se sont installés.
WELCOME IN MY WORLD
Créer un site avec WebSelf